Chronologie

1939

 

-  3 septembre : réunion de la commission administrative de l’U.D. de la C.G.T. : vifs débats entre communistes et non-communistes à propos du pacte germano-soviétique.

-  27 septembre : le décret de dissolution du P.C.F. et des organisations communistes est notifié à tous les groupes et  associations du département.

-  8 octobre : création d’une nouvelle U.D. C.G.T. sans les syndicalistes communistes.

-  20 octobre : F. Valat, député-maire communiste d’Alès répudie le P.C.F. et adhère à L’Union Populaire Française.

-  23 novembre : arrivée à Alès d’un premier convoi de 142 réfugiés espagnols, en provenance du camp de Septfons (Haute-Garonne).

 

1940

 –  11 et 17 janvier : dissolution d’associations accusées de propagande communiste (Alais Sportif Ouvrier, Aéro-Club Populaire des Cévennes…).

-  20 janvier : déchéance des élus communistes qui n’ont pas répudié leur adhésion au P.C.F.

-  mars : instauration de cartes d’alimentation.

-  30 mars : conférence à Nîmes, avec Léon Jouhaux, secrétaire général de la C.G.T. et Hubert-Rouger, député-maire S.F.I.O. de Nîmes.

-  22 juin : annonce de l’armistice.

-  16 août : dissolution de la C.G.T. ; création des Comités d’Organisation Professionnelle.

-  29 août : création de la Légion Française des Combattants.

-  17 septembre : mise à sac de la loge nîmoise de franc-maçonnerie du Grand Orient.

-  22 septembre : Angelo Chiappe est nommé préfet du Gard.

-  6 octobre : réunion à Nîmes des représentants des U.D. et Fédérations syndicales de la  « Zone Libre » soutenant R.Belin, le ministre du Travail du gouvernement de Vichy.

-  14 novembre : le préfet suspend la municipalité socialiste de Nîmes.

-  18 et 19 novembre : plus de 500 tracts communistes diffusés à Alès et La Grand-Combe.

-  26 novembre : 27 militants communistes internés au camp d’Oraison par arrêté préfectoral.

-  4 décembre : arrestation de 40 militants communistes.

-  6 décembre : tracts et inscriptions communistes au Martinet et à Alès  : 14 arrestations.

-  28 décembre : une délégation de mineurs de La Grand-Combe remet au préfet une gravure à  l’attention du Maréchal Pétain.

-  décembre : quatorze municipalités socialistes sont dissoutes par le préfet, dont Bessèges et La Grand-Combe.

 

1941

-  début janvier : création, à Saint-Géniès-de-Malgoirès, de la « Section H » par 19 patriotes, dont A. Combarmond, R. Monzat, V. Panattoni.

-  janvier : une Commission départementale de 24 membres remplace le Conseil Général.

-  1er février : 400 à 500 tracts communistes diffusés à La Grand-Combe.

-  13 février : venue à Nîmes du Maréchal Pétain, il est accueilli par 20 000 personnes.

-  mars : création, à Nîmes, du Comité d’Action Socialiste Sud par des militants socialistes, dont Albert Thomas.

-  10 mars : 200 tracts communistes distribués à Alès, un drapeau rouge est hissé sur le chevalement du puits Sainte-Marie, avec l’inscription « À bas Pétain ».

-  10 et 31 mars : révocation par le préfet de 24 maires et de 63 conseils municipaux.

-  12 mars : nomination de nouveaux maires, Etienne Velay à Nîmes, Marcel Farger à Alès.

-  29 avril : grève partielle aux mines de Rochessadoule pour protester contre  l’insuffisance des salaires et du ravitaillement.

-  1er mai : fête des partisans du régime de Vichy à Alès.

-  juin : création du Comité Départemental de la Propagande du Maréchal.

-  23 juin : cessation partielle du travail aux mines du Martinet.

-  29 et 30 août : importante diffusion de tracts communistes dans tout le bassin houiller.

-  31 août : fêtes-anniversaires de la Légion Française des Combattants à Nîmes et à Alès (défilé avec 4800 participants).

-  septembre : fondation d’un groupe « Combat », à Nîmes, par Albert Thomas.

-  octobre : série de conférences, dans le département, de F. Chasseigne, chef des services de propagande sociale du maréchal Pétain.

-  décembre : création d’un groupe Collaboration à Alès.

-  20 décembre : création d’un groupe Collaboration à Nîmes.

-  30 décembre : manifestation de ménagères à Vauvert pour protester contre l’insuffisance de ravitaillement.

-  fin décembre : création à Nîmes par des militants communistes (Jean Robert, Jules  Monleau…) d’un groupe de résistance, rattaché à l’O.S. début 1942.

 

1942

 –  janvier : réunion clandestine à Nîmes des chefs régionaux du mouvement Combat, en présence d’Henri Frenay.

-  19 et 20 janvier : manifestations contre l’insuffisance de ravitaillement à Alès.

-  21 janvier : manifestation contre l’insuffisance de ravitaillement à Nîmes.

-  12 au 16  mars : grève des mineurs dans le bassin alésien.

-  mars : création, à Alès, par Alban Bernat, d’un groupe de Résistance au sein des cheminots.

-  avril : bris de vitrines de commerçants juifs, à Nîmes.

-  mai : création du 1er groupe F.T.P.F. du Gard autour de Jean Robert, d’Edo Faïta, et de Pierre Doize.

-  printemps : création, à Uzès, d’un groupe de résistance, autour de Pierre Floutier, en liaison avec le groupe de Jean  Robert à Nîmes.

-  20 juin : conférences de Philippe Henriot à La Grand-Combe et Alès.

-  4 juillet : ouverture d’un office de placement allemand à Nîmes.

-  14 juillet : manifestations patriotiques de la Résistance à Alès et à Nîmes.

-  30 juillet : départ de Nîmes d’un premier convoi de main-d’œuvre pour l’Allemagne.

-  25 et 26 août : arrestation dans la nuit de 59 hommes, femmes et enfants juifs à Nîmes.

-  20 septembre : manifestations patriotiques de Résistants, à Alès et Nîmes,  pour commémorer l’anniversaire de la victoire de Valmy.

-  20 octobre : premier sabotage ferroviaire, à Aramon, réalisé par une équipe Front National de Beaucaire.

-  11 novembre : manifestation commune des groupes de Combat et des F.T.P.F. au monument aux morts à Nîmes. Plusieurs milliers de participants.

-  11 novembre : entrée de la Wehrmacht en « Zone Libre », arrivée des troupes allemandes dans le Gard.

-  13 novembre : Raoul Trintignant est chargé par A. Thomas d’organiser des groupes « Combat » dans la région de Pont-Saint-Esprit.

-  24 et 25 novembre : 700 métallurgistes de Tamaris (Alès)  en grève contre la Relève et les départs en Allemagne.

-  octobre-novembre : conférences de C. Maurras (Action Française) et de C. de la Rocque (P.S.F.) dans le Gard

-  22 novembre : installation de troupes allemandes à Alès

-  8 décembre : attentat contre un camion allemand, à Nîmes, à l’initiative du groupe F.T.P.F. de J. Robert

 

1943

 –  janvier : formation d’un premier « réduit», à Aire-de-Côte, avec une vingtaine de réfractaires refusant le départ en Allemagne.

-  31 janvier : création de la Milice.

-  février : formation d’un camp F.T.P. autour de Georges Roussel, à Pernille (Méjannes-le-Clap).

-  20 février : attentat contre la maison Carro à Nîmes : 7 morts.

-  début mars : installation, près de Nîmes, au Mas Rouquette, d’un maquis Armée Secrète, fondé par René Rascalon.

-  2 mars :  à Nîmes, cérémonie en hommage à Jeanne d’Arc.

-  2 et 3 mars : arrestations de Vincent Faïta puis de Jean Robert.

-  6 mars : manifestation, en gare de Nîmes, contre le départ des requis pour le S.T.O.

-  mars (ou mai) : la pasteur Laurent Olivès installe une dizaine de réfractaires à La Combe (près de Valleraugue) : c’est le début du maquis d’Ardaillers.

-  mars : formation du maquis de Lasalle.

-  mars : Alban Bernat, membre de l’A.S., devient le chef de la Résistance-Fer pour la région d’Alès.

-  mars : regroupement de « Combat », Libération » et « Franc-Tireur » dans les M.U.R. du Gard.

-  mars : installation, par des militants communistes, d’un camp de réfractaires à Terris (Méjannes-le-Clap).

-  22 avril : exécutions de Vincent Faïta et de Jean Robert à Nîmes.

-  6 au 14 mai : vague d’attentats préparés par les F.T.P.F. de Nîmes, en particulier contre des locaux liés à la collaboration et contre des camion allemands.

-  13 mai : grève aux mines de Lalle (Bessèges) contre l’insuffisance du ravitaillement.

-  21 mai : Albert Thomas, chef départemental de Combat, doit quitter le Gard ; il est remplacé par Pierre Choisy.

-  6 juin : Congrès Légionnaire du Travail, avec les Groupes Légionnaires d’Entreprises du Gard, à La Grand-Combe.

-  21 juin : meeting  de Philippe Henriot dans les Arènes de Nîmes.

-  1er juillet : attaque des troupes allemandes contre le maquis Aire-de-Côte : 7 résistants tués, 15 blessés.

-  juillet : formation du maquis des Corsaires, sur les pentes de l’Aigoual.

-  28 juillet : formation du maquis F.T.P. de Figuerolle (Saint-Martin-de-Boubaux).

-  4 août : fusion des maquis de Lasalle et d’Aire-de-Côte.

-  août : Georges Vigan-Braquet met en place l’organisation du mouvement de l’O.R.A. dans le Gard.

-  août : formation du maquis Montaigne-M.O.I.

-  17 septembre : Roger Torreilles installe un camp F.T.P. au Crespin (Saint-Frézal-de-Ventalon).

-  14 octobre : un groupe de résistants s’empare de la paie des mineurs de Molières. L’un d’eux, G. Mourier, est tué à Courry lors de la poursuite qui s’ensuit.

-  19 octobre : attentat contre un détachement allemand à Nîmes : 3 morts, 27 blessés.

-  octobre-novembre : vague d’attentats contre les installations des mines de Molières.

-  novembre : les Allemands commencent à faire évacuer le Grau-du-Roi pour améliorer la mise en défense du littoral.

-  11 novembre : grève des mineurs de Barjac, et nombreux attentats contre les installations minières du bassin d’Alès. Arrestation du Sous-Préfet par la Kommandantur d’Alès

-  12 novembre : attentat contre le siège de la Milice à Nîmes.

 

1944                         

 –  début 1944 : début du maquis de la Picharlerie.

-  12 janvier :déplacement du maquis FTP du Crespin aux Bouzèdes.

-  15 janvier : raid du maquis Bir-Hakeim contre les usines Paulhan à Saint-Jean du Gard.

-  25 janvier : A. Papinot remplace A. Chiappe comme préfet du Gard.

-  février : les Allemands font évacuer Aigues-Mortes.

-  1er février : défilé des maquisards dans Lasalle, dépôt de gerbes au monuments aux morts.

-  4 février : attaque des FTP contre la maison centrale de Nîmes, 17 prisonniers politiques sont libérés.

-  4 février : début du maquis FTP du Serre (ou camp n°4).

-  10 février : arrestation de Georges Salan, chef départemental des M.U.R., remplacé par Etienne Saintenac.

-  11 février : assassinat de G. Silhol, président-adjoint de la Légion Française des Combattants.

-  20 février : arrivée à Nîmes et à Pont-Saint-Esprit de la 9ème Panzer division S.S. Hohenstaufen.

-  29 février : attaque allemande contre le maquis d’Ardaillers.

-  mars : les Allemands procèdent à l’inondation de la Camargue.

-  2 mars : pendaison publique de 15 otages à Nîmes par les troupes d’occupation.

-  6 mars : arrestation d’une quarantaine de personnes par les Allemands à Pont-Saint-Esprit.

-  8 mars : création de l’UD-CGT clandestine.

-  10 mars : grève des cheminots d’Alès, des mineurs d’Alès, du Martinet et La Vernarède, à l’appel de la C.G.T. et des groupes de résistance, pour protester contre les pendaisons du 2 mars.

-  28 mars : arrestation d’Etienne Saintenac, il est remplacé  à la tête des M.U.R. par le docteur Paradis puis par Gaston Massié.

-  12 avril : attaque allemande contre les maquis de la Vallée Française.

-  16 avril : le milicien Georges Masse est abattu par un commando F.T.P.F. à Nîmes.

-  29 avril : le président du groupe Collaboration de Chamborigaud est abattu par un commando de résistants.

-  26 mai : Jacques Bounin désigné Commissaire Régional de la République du Languedoc.

-  mai : Michel Bruguier («Audibert ») nommé chef des F.F.I.

-  10 mai : R. Francisque tué par les Waffen SS à Lasalle.

-  27 mai : bombardement allié sur Nîmes, 271 morts.

-  28 mai : attaque allemande contre le maquis Bir-Hakeim, 58 maquisards tués.

-  début juin : formation du maquis FTP de Roquedur (près du Vigan).

-  5  juin : constitution du maquis O.R.A. « Corps-Franc des Ardennes » dans les bois de Rochefort-du-Gard.

-  8 juin : installation du maquis Bayeux à Panissières.

-  16 juin : combat entre maquisards et troupes allemandes au château de Cornély (Lasalle).

-  21 au 24 juin : occupation de Barjac par le maquis FTP d’Orgnac.

-  22 juin : attentat sur la voie ferrée entre Chamborigaud et Génolhac.

-  2 juillet : condamnation à mort par la Cour Martiale de Nîmes et exécution de 3 maquisards.

-  5 juillet : combat de la Rivière (Saint-Michel-de-Dèze).

-  7 juillet : combat de Portes.

-  11 au 16 juillet : grèves dans les mines d’Alès.

-  12 juillet : création du maquis Aigoual-Cévennes né de la fusion des maquis de Lasalle et de la Soureilhade-Ardaillers.

-  14 juillet : fête patriotique au Martinet avec le maquis Bayeux.

-  20 et 21 juillet : grèves dans les mines de La Grand-Combe et Bessèges.

-  26 juillet : grève aux mines de Molières.

-  6 au 14 août : bombardements alliés qui détruisent les ponts des localités gardoises de la vallée du Rhône

-  10 août : échec d’une tentative du maquis Aigoual-Cévennes pour prendre le contrôle du Vigan , mort de M. Bonnafoux  «Marceau ».

-  15 août : réunion, à Nîmes, des représentants départementaux du F.N., du M.L.N., du P.C.F. et de la C.G.T., en présence du Commissaire de la République Jacques Bounin.  D.S. Paganelli est désigné comme préfet du Gard à la Libération, A. Bénédittini est nommé président du C.D.L.

-  21 août : combat de Saint-Christol-lès-Alès.

-  21 août : libération d’Alès après le retrait des troupes allemandes.

-  24 août : libération de Nîmes, d’Uzès, après le retrait des troupes allemandes.

-  24 août : combat entre les maquisards M.O.I. et une colonne allemande à La Calmette.

-  25 août : combats à Moussac et Euzet-les-Bains, 26 maquisards FTP tués.

-  25 août : combat à La Madeleine (Tornac) : une colonne de 700 Allemands se rend aux maquisards.

-  26 août : libération de Bagnols, après le retrait des troupes allemandes.

-  26 août : installation du nouveau préfet, D. S. Paganelli.

-  27 août : combat à Saint-Just-et-Vacquières (près de Brouzet-lès-Alès), à Pondres et Salinelles (près de Sommières).

-  27 août : passage à Alès de la 1ère D.F.L.

-  28 août : exécution publique de 9 miliciens place des Arènes à Nîmes.

-  29 août : premier contact des dirigeants locaux avec le nouveau gouvernement : d’Astier de la Vigerie, Commissaire à l’Intérieur, en visite à Nîmes.

-  31 août : à Bagnols-sur-Cèze, rencontre entre de Lattre de Tassigny et Vigan-Braquet.

-  31 août : l’ancien député-maire  d’Alès Fernand Valat est fusillé pour collaboration.

-  2 septembre : première réunion du C.D.L. à Nîmes.

-  3 septembre : entrée en fonction de Laurent Spadale, nouveau sous-préfet d’Alès

-  3 et 4 septembre : fêtes de la libération à Alès et Nîmes.

-  9 septembre : première séance de la Cour Martiale de Nîmes, présidée par  Michel Bruguier.

-  21 septembre : première séance de la Cour Martiale d’Alès, présidée par le capitaine FTP Adrien.

-  25 septembre : le Commissaire de la République, Jacques Bounin, annonce à Alès la réquisition des mines.

-  29 septembre : réquisition des Forges de Tamaris à Alès.

-  2 octobre : arrêté créant les Cours de Justice d’Alès et de Nîmes.

-  5 et 6 octobre : première séance des Cours de Justice de Nîmes.

-  28 octobre : publication d’un décret qui prévoit la dissolution des Milices Patriotiques.

-  23 décembre : Angelo Chiappe, ancien préfet, est condamné à mort.

-  28 décembre : après une manifestation houleuse à Alès, 4 miliciens puis l’ancien maire, Marcel  Farger sont exécutés.

 

1945

-  9 janvier : suppression des Cours de Justice.

-  23 janvier : exécution d’Angélo Chiappe, ancien préfet du Gard.

-  24 juin : Assemblée des Etats Généraux de la Renaissance Française dans le Gard.

-  octobre : le C.D.L. cède la place au Conseil Général nouvellement élu.

 

1946

 –  6 avril : Jacques Bounin quitte ses fonctions de Commissaire de la République.

-  6 octobre : fin des fonctions de Laurent Spadale, sous-préfet d’Alès.